Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 12
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0018
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 12 )

l'abbé et des religieux; au pied de l’autel, la reins
Blanche à genoux, prie pour le succès de laguerre
sainte. Près d’elle et dans la même attitude, la reine
Marguerite lient dans ses bras deux de ses enfans en-
core dans un âge tendre. Au-dessus de ce groupe , ort
aperçoit les comtes Robert et Charles , frères du roi;
plus loin , les dames de la suite des deux reines, des
sergens d’armes, etc- Dans le sond, au milieu d’une
travée du chœur, s’élève une châsse richement ornée.
L’architecture gothique du tableau rappelle exactement
cette partie de l’édifice telle qu’elle était autrefois et
telle qu’elle est encore aujourd’hui.

Ce sujet, disposé avec goût, s’explique lui-même à
l'œil du spectateur, et l’exécution se fait remarquer
par la franchise et la facilité du pinceau. Le coloris
paraît un peu trop frais et trop brillant; mais l’artiste
a pu remarquer que la sacristie de Saint-Denis, pour
laquelle ce morceau est destiné , n’est que très-faible-
ment éclairée, et qu’un tableau vigoureux y paraîtrait
un peu noir, ainsi qu’on l’a pu juger par ceux qui y
ont été déjà mis en place.

Dix tableaux, dont six de 8 pieds de haut sur 5 de
large, et deux de 8 pieds sur 6, ont été commandés
pour la même sacristie : quatre ont été peints et ex-
posés au dernier Salon par MM. Garnier, Gros, Mey-
nier et Monsiau. Le cinquième est celui qui fait le
sujet de cet article. Le sixième et le septième, par
MM. Monsiau et Menjaud, sont également partie dis
Salon de cette année, et trouveront place dans ce vo-
lume. Les trois derniers ne sont pas encore terminés;
l’exécution en a été confiée à MM Guérin, Landon eî
Ménageât.
loading ...