Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 22
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0034
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 22 J

Planche douzième. — Une jeune Femme secourant une
samille malheureuse ; Tableau de M. Drolling.

Les ouvrages dont l’intention simple , naturelle ,
présente un intérêt doux et naïs, ne manquent presque
jamais d’obtenir le suffrage de la multitude ; mais le
goût de l’exécution peut seul leur donner du- prix aux
yeux des connaisseurs ; etM. Drolling n’a pas moins à
se féliciter du choix de son sujet que de la manière
dont il l’a rendu. Nous avons eu plus d’une fois occa-
sion de dire que dans la plupart de ses tableaux, ce
peintre unit à l’étude des détails la vigueur et la trans-
parence du coloris.

M. Drolling a exposé avec succès trois autres petits
tableaux nouveaux : une Fruitière ; une Marchande
d'oranges ; le Verglas ; et un ancien, le Marchand sorain.
Ce dernier fut remarqué au Salon de 1812.
loading ...