Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 26
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0041
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( *& )

Planche seizième. — Velléda, prêtresse druide ; Tableau
de M. Lafond.

M. Lafond , auteur du tableau de Saiil, dont nous
venons d’offrir le trait, pl. 8 de ce volume, a tiré le
sujet de ce second morceau du récit d’Eudore (livre 9e
des Martyrs de M. Châteaubriant) ;

« Je découvre un esquif suspendu au sommet d’une
vague ; une femme le conduisait : elle chantait en lut-
tant contre la tempête, et semblait se jouer des vents ;
on eût dit qu’ils étaient sous sa puissance, tant elle
paraissait les braver. Je la voyais jeter tour à tour en
sacrifice dans le lac, des pièces de toile, des toisons
de brebis , des pains de cire et de petites meules d’or
et d’argent ; sa taille était haute : une tunique noire
et sans manches servait à peine de voile à sa nudité ;
elle portait une faucille d’or suspendue à une ceinture
d’airain, et elle était couronnée d’une branche de
chêne. La blancheur de son teint et ses longs cheveux
blonds, qui flottaient épars , annonçaient la fille des
Gaulois. >>

Cette figure , d’environ trois pieds de proportion ,
est posée et ajustée avec goût. Les nus , surtout ceux
des parties insérieures , sont dessinées d’une manière
correcte et élégante; mais on désirerait trouver dans
les. traits du visage plus de jeunesse et d’agrément.

M. Lasond a exposé deux autres tableaux , C-ymo-
docée, prêtresse des Muses, et Apollon devenu berger ;
plusieurs portraits ; et un morceau qui avait paru au
Salon de 1808 (1), Jacob bénissant ses fils ; tableau bien
composé et plein d’expression.

(') Voyez ce Salon , tom. 1 , pl. 0.7, pag. 61.
loading ...