Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 30
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0048
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( So )

retira ail camp des Grecs, où elle fut reçue avec
honneur par Agamemnon. Mais, s’étant dérobée de
nuit, elle se rendit au tombeau de son époux et s’y
perça le sein.

Il y a de fort beaux détails dans le tableau de
M. Blondel, Les figures sont au moins de grandeur
naturelle. Le public a paru désirer plus de noblesse
dans celle d’Ulysse, de mouvement et d’abandon
dans celle de Polixène. La figure d’Hécube est un
peu embarrassée dans ses draperies, et les manches
de sa tunique, qui peut-être sont conformes au cos-
tume grec, tiennent trop de la mode actuelle pour ne
pas offrir un rapprochement peu favorable. Le ton
général est un peu dur et cru. On y trouve néan-
moins le germe d’un talent très-distingué, un pinceau
large , et un grand goût de dessin.

M. Blondel a replacé au salon son tableau de Zé-
nobie , qui lui a sait beaucoup d’honneur à l’expo-
sition précédente, et dont nous avons donné, à cette
époque, l’examen et la gravure (t).

(t) Salon de 1812, tome 2 , pl. 7, pag. g.
loading ...