Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 39
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0063
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 59 )

Planche vingt-sixième. — La reine Blanche de Castille

délivrant des prisonniers ; Tableau de M. Beaunier.

L’exposition actuelle offre quelques productions
d’un ordre supérieur dans le goût historique. Mais on
observe avec regret qu’ils étaient depuis long-temps
connus, et que, parmi les tableaux du même genre
offerts cette année pour la première fois, les plus re-
marquables seraient tout au plus de deuxième ou troi-
sième classe. Il y a trente ans, on les eût peut-être
cités comme des chefs-d’œuvre ; aujourd’hui, c’est trop
peu pour exciter, nous ne disons pas l’admiration ,
mais seulement l’attention du public , devenu plus
sévère en raison du progrès de l’art. Espérons que nos
premiers artistes qui, depuis deux ans , ont vécu dans
le repos , ou travaillé dans le silence de l’atelier, et que
nos jeunes peintres, dont les circonstances publiques
ont troublé les travaux , sortiront bientôt de cette es-
pèce de léthargie , et produiront au Salon prochain
des ouvrages dignes de soutenir la gloire de notre
Ecole. ,

Le tableau de M. Beaunier est un de ceux que la
grandeur des proportions et que la multitude des ou-
vrages reçus à l’exposition n’ont pas permis de placer à
portée du spectateur. Les détails échappent à la vue.
On y distingue cependant des groupes bien disposés ,
un dessin soutenu, et des masses d’ombres et de
lumières distribuées avec intelligence. En voici le
sujet, tel qu’il est indiqué dans la notice du salon.
« Blanche de Castille, mère de S. Louis, indignée de
la dureté avec laquelle le chapitre de Paris traitait
loading ...