Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 43
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0070
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 43)

Planche vingt - neuvième. — Euridice ; Tableau de
M. Garnier.

Euridice, piquée par un serpent, tombe évanouie
dans les bras d’une de ses compagnes. Orphée se pré-
cipite sur le corps de son épouse, presse une de ses
mains , et cherche , mais vainement, à la rappeler à
la vie.

La composition de ce tableau , dont les figures n’ont
guères plus de trois pieds de proportion, est animée
par un coloris frais et brillant : la nature du sujet
semblerait exiger un ton plus austère, moins égal, et
les formes d’un dessin plus soutenu ; mais on y re-
connaît le pinceau d’un artiste expérimenté.

M. Garnier a de nouveau exposé au Salon son grand
tableau de la Mort de Prïam, connu depuis long-
temps , toujours cité avec éloges, et exposé pendant
plusieurs années au Musée de Versailles; Eponine et
Sabinus, figures de grandeur naturelle; et les Funé-
railles de Dagobert, morceau destiné pour la sacristie
de l’église de Saint-Denis. Nous avons publié dans le
temps la gravure de ces deux derniers tableaux (i).

(i) Annales du Muse'e, Salon de 1S10, pl. 47? Page ^9? et
Salon de 1813 , tome 1 , pl. 37 , page 55.
loading ...