Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 48
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0079
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Ç 48 )

Planche trente-quatrième. -— Rodolphe de Hapsbourg et
Anne de Hohenberg, sa femme, au berceau de leur
fils aine expirant.

Les sujets de ce genre sont singulièrement en
vogue depuis quelques années , et les dames artistes
semblaient avoir droit de s’en emparer exclusive-
ment. Des hommes, destinés par la nature de leurs
études à fournir des productions plus solides, ont sait
des excursions sur ce domaine d’une exploitation moins
laborieuse, et semblent même vouloir y fixer leurs
conquêtes. Leur intérêt particulier pourra y gagner -,
l’intérêt de l’art y perdra incontestablement.

Ce tableau , dont les figures ne paraissent pas avoir
plus de 18 à 20 pouces de proportion, est bien com-
posé et vrai sous le rapport de l’expression. Il ne
laisse guères à désirer qu’un peu plus de noblesse
dans les têtes du père et de la mère , de jeunesse
dans celle de l’enfant, et en général plus de légèreté
dans le pinceau.

Mme Lemire a replacé au Salon son joli tableau de
Mlle de la Vallière , qui y fut exposé il y a deux
ans (i).

(i) Voyez Salon de i8î2 , tom. i, pl. 63, pag. 85.
loading ...