Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 61
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0101
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 61 }

Planqhe quarante-deuxième.. — Phèdre; Tableau de-
M. Berthon.

Le Salon de 1814 a présenté plusieurs tableaux dont
Phèdre a fourni le sujet; et la: plupart des peintres qui
l’ont traité, ont emprunté quelque scène de Racine*
M. Berthon, auteur du morceau dont il est question, a
suivi la tragédie d’Euripide. Entraînée par la puissance
de Vénus jusque dans les forêts que parcourt Hippoly te ,
Phèdre s’est arrêtée dans le lieu le plus sauvage; mais,,
revenant à elle tout-à-coup, elle profère ces mots : Où
ma raison s’égare-t-elle ? je l'ai perdue , les dieux me
l’ont ravie. Cependant (Enone se jette aux genoux
d’Hippolyte ,qui la repousse avec indignation*

Comme tous ceux que M, Berthon a produits, ce'
tableau se fait remarquer par un pinceau soigné et
un effet vigoureux. Cependant le ton général dë celui-
ci est un peu noir, et le fond du paysage, quoiqu’il
représente une forêt, pourrait être plus lumineux , ou
du moins plus transparent dans la masse des ombres.

M. Berthon a replacé un tableau qui eut du succès
en i8iç>. Le sujet est Angélique et Médor, figures de
grandeur naturelle (i).

(i) Salon de 1810 , pl. l3 , page 28.
loading ...