Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 66
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0109
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 66 )

Planche quarante-sixième. — Renaud et Armide ; Ta*
bleau de M. Ber thon.

Si nous nous étions sait une loi de n’admettre dans
ce recueil que des ouvrages recommandables sous tous
les rapports de l’art, nous aurions été forcés de rejeter
un grand nombre de sujets intéressans par le goût de
la composition , la grâce de l’expression ou la correc-
tion du dessin. Souvent un tableau médiocre pour le
coloris ou l’elfet pittoresque, ou le maniement du
pinceau , ou l’exécution des détails , offre une pensée
heureuse, une agréable disposition de masses et de
lignes, qui souvent ne font que gagner à être repro-
duites au simple trait.

Quelques autres tableaux se sont sait remarquer par
la fraîcheur et la vivacité des teintes, par la vigueur
de l’esfet général, la finesse des détails , et cependant,
pour la clarté du sujet, l’agencement des lignes, la
pose des figures et l’étude du dessin, ont présenté des
incorrections si nombreuses , qu’ils ne sembleraient
pas mériter une place dans ce volume. Néanmoins
nous ne pensons pas devoir user d’une extrême ri-
gueur à cet égard, parce que, parmi les productions
de cette dernière classe, quelques-unes ont trouvé
grâce aux yeux des connaisseurs, par un genre de mé-
rite dont le public sait toujours gré à l’auteur, la vi-
vacité de la couleur et l'harmonie générale.

Sans en avoir l’intention directe, nous venons de
faire tout à-la-fois l’éloge et la critique des ouvrages
de M. Berthon. Le trait de ses compositions en est la
partie faible ; mais ce défaut est souvent racheté par
loading ...