Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 71
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0118
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( )

Planche quarante-neuvième, cinquantième et cinquante*
unième. — Education de Jupiter ; Tableau de M. de
Boisfremont.

Rhée , étant grosse de Jupiter , résolut de le sous-
traire à Saturne qui dévorait ses ensans mâles à me-
sure qu’ils venaient au monde; elle fît un voyage en
Crète , où , retirée dans un antre , elle mit au monde
Jupiter et le fit élever par deux nymphes , filles de
Mélissus , roi de Crète.

Ce sujet, traité tant de sois par les peintres, offre
toujours de nouveaux motifs pour une composition
riante et gracieuse , où l’artiste peut se livrer à toute
la fraîcheur et la fécondité de ses idées.

Les dimensions de ce tableau annoncent une desti-
nation particulière. En effet, il a été commandé à
l’auteur pour décorer aux Tuileries un plasond de
l’appartement des ensans de France. On s’étonne
peut-être que les figures d’un plasond ne soient pas
peintes (selon l’usage ordinaire) en raccourci et suivant
les règles de la perspective, mais cet usage n’est pas
si général que plusieurs peintres d’un mérite supé-
rieur n’y aient dérogé, témoins les noces et l’apo-
tliéose de Psyché, par Raphaël, au palais de la
Farnésine. L’artiste a peint ces deux grandes pièces
comme exécutées en tapisserie et clouées au plasond.
De cette sorte les convenances sont observées dans
une circonstance où l’effet des raccourcis n’eût été
que désagréable, en dérobant à l’œil les principales
beautés du dessin auquel un grand développement est
nécessaire.
loading ...