Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 72
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0119
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
< ’?2 )

La composition dû tableau dont il s’agit est agréable,
®t le peintre a su tirer parti des dimensions peu fa-
vorables d’un cadre trop alongé. On ne jugera pas
trop sévèrement un ouvrage qui n’est, à proprement
parler, qu’une pièce de décoration. Le dessin pour-
rait être plus étudié , les carnations plus soignées , les
têtes plus finies, les détails plus précis ; mais, nous le '
répétons , la nature du sujet et la destination du
tableau semblaient permettre à M. de Boisfremont de
travailler de pratique et de réminiscence ) il a montré
précédemment que l’étude de la nature et le st^le
sévère ne lui sont point étrangers. Le tableau de
Virgile lisant son Enéide devant Auguste et Octavie,
lui fit beaucoup d’honneur au Salon de 1812. Exposé
de nouveau en 1814, il a obtenu à son auteur la con-
firmation des premiers suffrages.
loading ...