Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 73
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0121
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche cinquante-deuxième. — Oreste tourmenté par
une Euménide, au moment où il vient de srapper Cly-
temnestre.

Oreste était encore sort jeune lorsqu’Agamemnon
fut assassiné par Clytemnestre et par Egisthe, son com-
plice; il eut été lui-même victime de leur sureur, sî
Electre, sa sœur,.ne l’eût sait retirer chez Slropliius^
roidePhocide. Oreste , devenu grand vsorma le dessein
de venger la mort de son père, vint secrètement à
Mycènes, et se caçjia chez Electre. On convint d’abord
de saire courir dans la ville le bruit delà mort du jeune
prince. Egisthe et Clytemnestre, que cette nouvelle
comblait de joie, se rendirent au temple d’Apollon
pour en rendre grâce aux dieux. Oreste s’y trouva ,
surprit les coupables à l’instant du sacrifice * et tua
de sa main sa mère et l’usurpateur. De ce moment les
Furies commencèrent à tourmenter Oreste.

L’auteur du groupe dont il s’agit dans cet article a
choisi l’instant où le fils d'Agamemnon, épouvanté de
son propre crime, est tourmenté par une des Euménides.
Il vient de jeter son épée et se retourne en suyant vers
la divinité vengeresse qui le poursuit. Elle tient dans
ses mains deux serpens qui s’élancent sur Oreste et
déchirent le sein du parricide. A ses pieds, et appuyée
contre l’autel encore orné de sestons, Clytemnestre
vient de succomber, et est prête à rendre le dernier
soupir.

Ce morceau, l’un des plus considérables de l’expo-
sition de 1814, n’a peut-être pas été conçu dans tous
ses rapports de composition, de liaison et d’agence-
Salon de 181io
loading ...