Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 74
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0122
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 74 )

ment qui constituent ce qu’on nomme rigoureusement
un groupe en sculpture. Peut-être aussi n’y trouve-
t-on pas cétte exacte unité de style sans laquelle il
ïi’y a point d’Ensemble parfait. Le style dans lequel
M. Dupaty a traité la figure de l’Euménide, figure
d’un grand et beau caractère ,: et dans le goût de l’an-
tique, n’est pas également soutenu dans celle d’Oreste,
qui semblait demander un mouvement et des formes
plus déterminés. La tête, entièrement de profil sur un
corps vu de face, présente un pen de gêne dans l’at-
titude et de roideur dans les muscles du col. La figuré
de Clytemnestre, tombée et expirante au pied de l’autel,
a peu de développement, mais le mouvement en est
naturel j comme l’artiste l’a bien sait sentir , elle ne
doit tenir que lè troisième rang dans la composition
de cette scène tragique.

Tel est à-peu-près le résumé des observations cri-
tiques auxquelles cet ouvrage a donné lieu , et que
nous rapportons avec impartialité. Au surplus on y
reconnaît une heureuse réunion des qualités qui cons-
tituent un talent très-distingué, l’amour de l’antique
et l’étude de lu nature; et un goût d’érudition mal-
heureusement peu commun parmi les artistes de nos
jours.
loading ...