Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 76
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0125
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 76 )

K É R-O N .

Madame ï . . . . Mais qui peut vous tenir ce langage

NARCISSE.

Hé , Seigneur ! ce soupçon vous fait-il- tant d’outrage ?
Britannicus , madame , eut des desseins secrets
Qui vous auraient coûté de plus justes regrets :

Il aspirait plus loin qu’à l’hymen de Junie 3
De vos propres bontés il vous aurait punie.

Il vous trompait vous-mcme, et son.cœur osfensé
Prétendait tôt ou tard rappeler le passé.

Soit donc que malgré vous le sort vous ait servie ,

Soit qu’instruit des complota qui menaçaient sa vie.
Sur ma fidélité. César s’en soit remis,

Laissez les pleurs, madame, à v,os seuls ennemis ,
Qu’ils mettent ce malheur au rang des plus sinistres:
Mais, vous.

A G RIPPIïïE.

Poursuis , IX éron : avec de tels ministres,
Par des faits glorieux tu te vas signaler 3
Poursuis : tu n’as pas fait ce pas pour reculer 5
Ta main a commencé par le sang de ton frère 3
Je prévois que tes coups viendront jusqu’à ta mère»
Dans le fond de ton cœur je sais que tu me hais 3
Tu voudrais t’affranchir du joug de mes bienfaits 3
Mais je veux que ma mort te soit meme inutile 3
IXe crois pas qu’en mourant je te laisse tranquille :
Borne, ce ciel, çe jour que tu reçus de moi,

Par-tout, à tout moment, m’osfriront devant toi.;

Tes remords te suivront comme autant de suries,

Tu croiras les calmer par d’autres barbaries 3
Ta fureur , s’irritant soirmeme dans son cours ,

D’un sang toujours nouveau marquera tous tes jours.
Mais j’espère qu’enfin le ciel, las de tes crimes.
Ajoutera ta perte à tant d’autres victimes :

Qu’après t’ètrc couvert de leur sang et du,mien,

Tu te verras forcé de répandre le tien 3
Et ton nom paraîtra dans la race future,

Aux plus cruels tyrans, une cruelle injure*

Voilà ce que mon cœur se présage de toi.

Adieu : tu peux sortir.
loading ...