Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 86
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0142
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( M )

Planche soixante-deuxième. — La Mort d’Adonis ; Ta-
bleau de M. Régnault.

Après avoir donné, dans ce volume, un choix de
l’exposition de 1814, nous croyons ne pouvoir le ter-
miner d’une manière plus satisfaisante pour nos lec-
teurs , qu’en y insérant quelques autres ouvrages ,
qui , par l’effet de circonstances particulières , n’ont
point été placés au Salon. Nous donnerons trois nou-
veaux tableaux de M. Régnault et un de M. Gérard.
Ils n’ont point été offerts au public et ne sont connus
que d’un petit nombre d’amateurs admis dans l’atelier
de l’artiste. Nous y joindrons trois autres productions
des principaux élèves de l’école spéciale des beaux-
arts, couronnées par l’Institut ; savoir : les deux ta-
bleaux qui ont remporté le grand prix en 1815 et
1814, et la figure modelée qui a obtenu le grand prix
de sculpture dans cette dernière année.

Le tableau qui fait le sujet de cet article représente
la Mort d’Adonis.

Vénus, éprise d’Adonis, avait abandonné le séjour
de Cytlière, d’Amathonte et de Paphos, pour le suivre
dans les forêts du mont Liban où il allait chasser.
Diane, à la prière de Mars que cette présérence avait
rendu jaloux, suscita un sanglier énorme et l’irrila en
lui lançant son javelot. L’animai, furieux, s’élança
sur Adonis et le terrassa. Vénus accourut, mais trop,
tard, au secours de son savori, il venait d’expirer;
elle le changea en anémone,

M. Régnault a réuni dans ce tableau gracieux, dont
loading ...