Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 99
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0162
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 99 )

Sous un style historique , mais peut-être un peu uni-
sorme , un bon choix de fabriques , la franchise et la
vivacité de la touche.

Les miniatures de M. Bertrand assurent à cet ar-
tiste un rang distingué parmi les peintres de ce genre.
Il a exposé plusieurs nouveaux portraits, et quelques
autres que le public a paru revoir avec plaisir.

M. Bessa, peintre de fleurs, de fruits, d’oiseaux
et autres objets d’histoire naturelle , soutient la ré-
putation qu’il s’est depuis long - temps acquise
dans un genre également utile et agréable : réputa-
tion qu’il partage avec M. Barraband, dont on a vu
à cette exposition quelques ouvrages posthumes ; et
avec M. Redouté , dont les fleurs peintes à l’aqua-
relle offrent une légèreté, une grâce de pinceau et
une finesse de nuances qui ne laissent rien à désirer.

Émule de M. Bertin , M. Bidault a exposé cette an-
née huit paysages, dont la plupart rappellent des points
de vue de l’Italie. Deux seulement ont été pris en
France : la fontaine de Yaucluse et les environs de la
Grande-Chartreuse. Les paysages de M. Bidault joi-
gnent , au mérite de la variété dans la coniposition,
une couleur solide et-un pinceau moëlleux.

Par M. Boilly : plusieurs tableaux de scènes fami-
lières , tels que l’Entrée du jardin turc, l’Intérieur
de la cour des diligences, une Promenade au Boule-
vart, etc.: de la gaieté, du naturel dans les physio-
nomies, un pinceau spirituel et serme, mais quelques
fois un peu sec : le dessin de M. Boilly laisse à dé-
sirer plus de correction, son coloris plus de trans-
parence et de finesse ; mais il y a du mouvement et
de la vérité dans ses compositions, et l’on croit recon-*
loading ...