Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 104
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0167
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C i°4 )

tj’autres celui de feue mademoiselle RaücOurt dans le
rôle d’Agrippine, et celui de mademoiselle Emilie
Leverd , dans le rôle de Roxelane.

M. Dubos : plusieurs tableaux exécutés en Angle-
terre, savoir : un sujet de Vénus et Diane, figures
de grandeur naturelle; quinze ou seize petits tableaux
représentant des Courses de chevaux, et unplusgrand,
dont le sujet est la Promenade du roi à Windsor. Ces
morceaux, peu terminés sous le rapport de la touche,
ont été remarqués pour la vérité de l’esfet et de la
couleur.

Deux jolis paysages, par M. Duclaux; ils sont or-
nés de scènes chevaleresques, tirées du roman de
Don Quichotte. Cinq tableaux du même genre, par
M. Duperreux; ils offrent des sites bien choisis , fidèle-
ment tracés d’après nature, et dans lesquels l’auteur a
rappelé des traits historiques. Le premier représente
une Vue du château de Pau , prise du grand parc. On
y voit Henri IV enfant , au moment où il saisit,
entre plusieurs drapeaux que Jeanne d’Albret sa mère
a sait apporter en sa présence, celui qui porte pour de-
vise : Aut vmcere aut mari.

Le second , une Vue du château de Loches et de la
tour d’Agnès Sorel. Ce château était autrefois la de-
meure de nos rois. Lorsque Charles VII allait à la
chasse, Agnès Sorel se retirait dans cette tour, et de
la fenêtre de son appartement, le suivait des yeux
dans la plaine.

Le troisième représente le château et les jardins
de Nérac, ancien séjour de la cour de Navarre. L’artiste
y a placé un trait de la vie de Henri IV, âgé de douze
ans. Un jour, disputant à Charles IX le prix de l’arc,
loading ...