Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 106
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0169
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C ï°6 )

Une suite très-intéressante de fruits de l’Asrique
et d’Amérique , acclimatés aux îles de France et de
Bourbon , coloriés , de grandeur naturelle , par M. Mi-
chel Garnier. Ces objets , d’une parfaite imitation ,
font partie d’une collection de i/jo tableaux du même
genre, par le même artiste.

M. Gautherot a replacé au Salon deux tableaux
dont nous avons rendu compte dans le temps : Pyrame
et Thisbé et le Convoi d’Atala, figures de grandeur
naturelle.

Plusieurs jolies compositions de scènes d’intérieur,
par MUe Gérard, offrent des intentions gracieuses,
une expression douce , mais un coloris faible pour ne
pas dire atténué.

M. Géricault exposa au dernier Salon un Hussard
chargeant , figure de grandeur naturelle. Ce premier
ouvrage d’un jeune artiste donnait des espérances
qu’il n’a pas encore réalisées. Son Cuirassier blessé,
qu’il vient ' d’offrir comme pendant du premier ta-
bleau , est d’un dessin colossal, incorrect et d’une
touche lourde et heurtée.

M. Girodet a reproduit à l’exposition quatre de ses
tableaux les plus renommés : une Scène du déluge ,
les Funérailles d’Attala , le Sommeil d’Endimion ,
Hippocrate refusant les présens d’Artaxerce, une Tête
de Vierge. Nous nous contentons de les désigner; ils
sont depuis long-temps connus du public et de nos
lecteurs, qui en ont reçu la gravure dans les volumes
précédens. M. Girodet n’a exposé en ouvrages nou-
veaux que des portraits, d’un travail très-fini.

On a mal servi la réputation de Greuze en repla-
çant au Salon son tableau de sainte Maria égyptienne,
loading ...