Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 117
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0180
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( *'7 )

M. Vignaud a exposé de nouveau son tableau de I»
Mort de le Sueur, dont nous avons inséré la descrip-
tion et la gravure dans le volume du Salon de 1812.
L’auteur s’occupe , dit-on, de donner un pendant à ce
tableau qui l’a fait connaître d’une manière très-
avantageuse.

La sculpture a sourni beaucoup d’objets à l’expo-
sition, mais il y en avait peu de nouveaux, et nous
avons donné dans ce volume le trait de ceux qui ont
été le plus remarqués. Nous ne voulons pas omettre
parmi ceux qui étaient déjà connus /’Hyacinthe blessé,
statue en marbre, par M. Callamard; la Pudeur, par
M. Cartéllier; 1 Homère, de M. Roland; la Statue
de Tronchet, par le même; le Buste en marbre, de
M. Ducis , par M. Taunay ; la statue à'Epaminondas ,
par M. Bridan.

On a exposé dans la galerie de sculpture deux
pièces capitales en mosaïque, exécutées par M. Bellom.
Ce sont de grandes portions de pavé , du travail le plus
riche et le plus élégant; l’un, consacré à la Victoire,
offre divers ornemens et des tableaux allégoriques;
l’autre, représente la Course des Amours. Ces deux
pavés sont destinés pour les principales pièces du
palais du Louvre.

On a coutume d’admettre à l’exposition des produc-
tions relatives à l’architecture , c’est-à-dire des pro-
jets dessinés ou de petits modèles en relief. Parmi ces
derniers nous n’avons remarqué aucun morceau ca-
pital. Quant aux projets dessinés , on en a vu un cer-
tain nombre par des artistes connus avantageusement
du public. Nous indiquerons les principaux.

Vue de la Fontaine de l’Eléphant, prise du boule-
loading ...