Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1814

Seite: 3
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1814/0191
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Portrait de S. M. Louis XVIII, par M. Gérard.

Le Roi , assis sur son trône, tient le sceptre en
ïnain, et est entouré des attributs de l’autorité su-
prême. Un ample rideau de pourpre , qui se développe
derrière le trône, et se relève en forme de dais au-
dessus de la tête du Roi, laisse apercevoir un sond
d’architecture d’un style noble , riche et élégant. La
tunique royale, en velours violet, est semée de fleurs-
de-lis brodées en or. Le manteau est de même étoffe
et doublé d’hermine. Les plis ondoyans qu’il forme
en se déroulant jusque sur les marches du siège, sont
jetés avec beaucoup de grâce et produisent un effet
très-pittores que.

Ce magnifique portrait, peint par ordre du Roi,
était attendu avec l’impatience la plus vive et la plus
légitime, avec cette impatience générale que n’eût pas
causée la seule attente d’un bel ouvrage de l’art. Ce-
pendant il n’a été exposé que cinq jours après l’ou-
Verture du Salon, et quelques personnes semblaient
accuser de lenteur un artiste dont l’activité est bien
connue ; mais ce retard n’a été occasionné que par le
désir qu’a témoigné le Roi d’examiner ce tableau dans
son cabinet avant l’exposition publique.

Le peintre désigné parmi tant de rivaux pour re-
tracer, pour offrir aux regards de la France et trans-
mettre à la postérité les traits d’un monarque chéri,
avait déjà reçu dans ce choix honorable un témoignage
authentique de l’estime due à ses talens. Les illustres,
sufsrages qu’il vient d’obtenir, après avoir terminé son
loading ...