Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: VI
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0012
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
vj AVERTISSEMENT,

craindre que les morceaux de divers genres, or-
donnes depuis peu par le gouvernement , ne
sussent pas assez tôt terminés. Au surplus, ce
délai, que les artistes ont employé à l’exécution
de leurs travaux , n’était pas moins utile pour le
nouvel arrangement du Musée de peinture et de
sculpture. Ces immenses galeries, qui réunissent
aujourd’hui l’élite des chefs-d’œuvre anciens et
des productions modernes , présentent le coup-
d’œil le plus magnisique, et tel qu’on chercherait
vainement à le reproduire dans aucun autre palais
du monde.

En même temps qu’on a resserré le local destiné
à l’exposition des ouvrages modernes, on a consi-
dérablement réduit, après un mûr examen, cette
multitude de productions que la médiocrité, tou-
jours féconde, ne se lasse pas d’ossrir annuellement
à la curiosité publique. Mais si l’on ne doit tenir
compte que des ouvrages avoués par le goût, les
personnes les moins difficiles ne pourront qu’ap-
prouver cette exclusion que réclamait l’honneur
de l’Ecole française ; et ceux même dont elle a pu
blesser l’amour-propre auraient d’autant moins le
droit de s’en plaindre, qu’il s’en saut beaucoup
qu’elle ait été trop rigoureuse.
loading ...