Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 7
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0014
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche première. — Portrait en pied de Sa Majesté
Louis XVIII ; par M. Robert le Fèvre.

L’honneur de transmettre à la postérité les traits
d’un monarque chéri, est le dernier terme de l’ambi-
tion de tout artiste , dont le talent, mûri par l’expé-
rience , a obtenu l’estime et la considération publiques.
Plusieurs de nos peintres et de nos statuaires ont obtenu
cette insigne faveur ; et l’auguste image de Louis XVIII
a été présentée tout à la sois à la vénération des peuples
et aux observations des amis des arts.

Le portrait du Roi, peint par M. Gérard en 1814 ?
fut exposé cette même année au Salon du Louvre (i); il
a servi de modèle , pour des répétitions en grand, à la
Manufacture royale des porcelaines de Sèvres, et à
celle des tapisseries des Gobelins.

Vers le même temps, M. Gros exécuta un portrait
en pied de Sa Majesté , pour la chambre des députés •
il orne le salon du roi. I/artiste a répété ce tableau
avec quelques changemens. La copie était destinée
pour une puissance étrangère.

Le troisième portrait, qui fait, le sujet de cet article ,
et pour lequel Sa Majesté a daigné également accorder
des séances , a été peint pour la chambre des pairs. Il
en a été demandé à l’artiste plusieurs copies, une pour
la cour des comptes, une pour le ministère de la ma-
rine , deux autres pour le ministère de la maison du roi ;

(i) Nous en avons inséré le trait dans le volume du Salon
de 1814.
loading ...