Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 10
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0018
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( IO )

ces entrefaites, M. de Chantelou lia ta le voyage
qu’il devait saire en Italie, arriva à Rome, obligea Je
Poussin à partir, et l’amena avec lui en France, vers
la fin de 1640. M. Denoyers le reçut avec autant de
joie qu’il l’attendait avec impatience, et le présenta
mi cardinal de Richelieu , qui l’embrassa avec cet air
assable dont il accueillait toutes les personnes d’un
mérite extraordinaire On conduisit le Poussin dans
un appartement qu'on avait fait meubler pour lui aux,
Tuileries , et trois jours après il alla à Saint - Germain
trouver le Roi, qui le reçut avec bonté et lui parla
assez long-temps. Le Poussin eut le titre de premier
peintre du roi et le brevet d’une pension de 3ooo fr.
Il se mit aussitôt à travailler aux tableaux qui lui surent
commandés et à faire des dessins pour les tapisseries
et pour les frontispices des livres qu’on imprimait au
Louvre. Mais sa principale occupation était une suite
de cartons pour la grande galerie où se voient aujour-
d’hui les tableaux du Musée royal, et oi'i il voulait re-
présenter dans des bas-reliess feints de stuc les Tra-
vaux d’Hercule.

Si nous n’étions resserrés dans les bornes de cet ar-
ticle , ce serait ici le lieu de.parler des obstacles que
le Poussin rencontra dans l’exécution de ses projets,
des désagrémens que lui suscitèrent l’envie et la mé-
diocrité , et qui furent tels qu’après deux années de
séjour à Paris, il prit la résolution de retourner à
Rome. Il partit en effet et ne voulut plus revenir, quel-
ques instances qu’on lui fît dans la suite. Il termina
loin de sa patrie, et dans un âge très-avancé, une car-
rière marquéepar d’innombrables chefs-d'œuvre, dont
le temps n’a fait qu’assermir le mérite et la célébrité.

L’auteur du Tableau dont nous donnons ici la gra-
vure a choisi le moment où le cardinal de Richelieu
présente le Poussin cà Louis XIII , qui daigne remettre
lui-même au peintre le brevet qui lui avait été promis.
Le Roi, assis dans un fauteuil , est accompagné d’Anne
d’Autriche. Debout, derrière la Reine , est mademoi-
selle de la Fayette , l’une de ses filles d’honneur -, plus
loin ; le garde des sceaux Séguier. Dans le coin à
loading ...