Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 13
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0023
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( >5 )

Planche cinquième. — La mort de Louis XII; par
M. Blondel. Tableau commande par le gouvernemeht.

Louis XII, surnommé le Juste et le Père du peuple,
après avoir eu recours aux négociations pour réparer
ses défaites et assurer la paix intérieure de son royaume,
avait sait un traité avec Henri YIII et épousé la prin-
-cesse Marie, sœur de ce monarque. Après deux mois
de mariage, en j5i5, Louis, d’une santé délicate,
mourut dans sa 55e année, pleuré de ses fidèles sujets.

L’auteur de ce tableau , l’un des plus imposans et
des plus beaux de l’exposition actuelle, pour la com-
position, le grand goût de dessin, la noblesse de l’ex-
pression et la vigueur du pinceau , a choisi le moment
où Louis XII, sur son lit de mort, donne sa bénédic-
tion à François Ier. Etienne Poncher, évêque de Paris,
assiste le monarque dans ses derniers momens , le sou-
tient et l’aide à poser sa main défaillante sur la tête
de l’héritier du trône. On voit sur le devant du tableau
le chevalier Bajxu’d et le sire de la Trimouille donnant
des marques d’une profonde douleur - et dans le sond,
suivant l’usage du temps, le peuple qui pénètre jus-
qu'aux pieds du lit, et témoigne ses regrets sur la fin
prématurée du bon roi.

Si ce morceau, digne de réunir tous les suffrages,
laisse quelque chose à désirer dans son exécution,
ou plutôt dans son ensemble, c’est un aspect plus
tranquille, plus harmonieux, et, dans les draperies,
un choix de teintes plus austères pour un sujet aussi
pathétique. En plaçant dans l’ombre toute la partie
supérieure de la figure de Louis XII, l’artiste s’est
loading ...