Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 41
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0069
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche vingt-quatrième. — Mahomet II. Tableau de
M. Bergeret.

Mahomet II, surnommé le Grand, faisait en ï455,
le siège de Constantinople. La ville fut prise et livrée
au massacre et au pillage. Durant les horreurs du sac,
un pacha conduisit à Mahomet une jeune princesse
nommée Irène , que ses grâces innocentes avaient sau-
vée du carnage. A la vue du destructeur de sa patrie,
ses jeux se mouillèrent de pleurs ; elle chancela devant
lui • sa tendre jeunesse , ses sanglots , ses larmes rele-
vaient sa beauté. Le vainqueur, sans respect pour le
rang et la vertu de sa captive, s’en empara, et durant
quelques jours ne fut occupé que de sa brutale passion.
(Quelques janissaires en murmurèrent; un visir osa
même lui reprocher de sacrifier aux soins de son amour
le temps qu’il devait à ses conquêtes. Mahomet fit
aussitôt venir Irène devant les officiers de sa garde, et,
la saisissant par les cheveux, il lui trancha la tête, en
disant : C’est ainsi que Mahomet en use avec l’amour.

Le moment où le pacha conduit la jeune captive à
Mahomet, prêtait à l’artiste, sous le rapport de l’ex-
pression et celui de l’effet pittoresque , divers moyens
de succès. Mais c’est à l’effet que M. Bergeret s’est
attaché de préférence , et il l’a rendu jusqu’à un certain
point par le mouvement et l’abondance de la com-
position , la richesse du costume et la vigueur des
oppositions dans les teintes locales et dans le clair-
obscur. Toutesois ces qualités eussent été plus frap-
pantes, si l’artiste les eût soutenues par un dessin
plus correct, un ton plus vrai, surtout dans les carna-
Salon de 1817. 6
loading ...