Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 42
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0070
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 42 )

lions, et des détails plus scrupuleusement étudiés. Les
figures ne sont pas dénuées de caractère, mais l’ex-
pression n’en est pas approfondie, et, disons-le, ne
pouvait l’être dans un tableau qui semble sait tout
de pratique, et sans le secours de la nature.

Cette grande facilité d’invention et d’exécution, dont
M. Bergeret a sait preuve depuis long-temps, est re-
cherchée dans une première esquisse , mais comptée
pour fort peu de chose dans un sujet qui demande
toute la réflexion et tous les soins dont un habile
artiste est capable.

M. Bergeret suppose que le pacha, avant de pré-
senter sa captive à Mahomet, l’a fait dépouiller de ses
vêtemens et exposer nue aux jeux du vainqueur, ce
qui est con tre toute vraisemblance , et contre les moeurs
des personnages qu’il a voulu peindre. Cette seule in-
convenance, dont on ne peut concevoir le motif, dé-
nature entièrement le sujet, qui pourtant était sus-
ceptible d’être présenté avec vérité et avec intérêt.
loading ...