Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 44
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0073
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 44 )

de Diane, au château des Tuileries. Henri IV invoque
sur le Dauphin la bénédiction du ciel, et lui donne la
sienne. Il lui met son épée dans la main, priant Dieu
de lui faire la grâce d’en user seulement pour sa gloire
et la désense de son peuple.

Quoique ces deux morceaux puissent être à la ri-
gueur considérés comme tableaux de chevalet, c’est
dans les sujets d’une proportion beaucoup plus petite
que l’on retrouve tout le talent de l’artiste , et qu’il ns
manquera pas de se rensermer s’il ne consulte que
son véritable intérêt. Le tableau d’une jeune semme
près du berceau de son sils expirant, ceux de Henri IV
chez Micliaud, et de Fénélon délivrant des prison-
niers , tableaux cités avec éloge aux expositions précé-
dentes, ont donné la mesure du talent de M. Menjaud,
et l’ont placé d’une manière très-distinguée parmi les
peintres de sujets doux et pathétiques. La mort de
l’abbé Edgeworth, confesseur de Louis XVI, dont
nous donnerons la gravure dans un des articles suivans,
est au nombre des morceaux qui lui ont sait le plus
d’honneur et qui méritent le plus d’être savorablement
accueillis.
loading ...