Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 53
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0089
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 55 )

Planche trente-cinquième et trente-sixième. — Louis XVI
distribuant ses biensaits aux pauvres, pendant l'hiver
rigoureux de 1788. Tableau de M. Hersent.

Quelle famille fut plus féconde en vertus que l’au-
guste famille des Bourbons ! et parmi ces vertus qui
les feront toujours admirer et chérir, quelle autre a
plus de droit à nos hommages que leur charité pour
les pauvres , leur biensaisance envers les malheu-
reux ! Durant l’hiver de 1788, qui fut des plus
rigoureux, Louis XVI, outre les secours qu’il faisait
répandre par toute la France, se plaisait à les distri-
buer de ses propres mains autour de son palais. La
vie trop courte de ce malheureux roi fournit une infi-
nité de traits de la plus touchante sollicitude.

C’est un souvenir de ce genre que l’artiste a consacré
dans son tableau , commandé pour orner la galerie
de Diane aux Tuileries. La scène se passe dans un
hameau situé aux environs du château de Versailles,
qu’on aperçoit dans le lointain. Louis XVI s’est écarté
de sa suite; il s’avance seul au milieu de quelques fa-
milles de paysans qui sortent de leurs chaumières pour
aller au-devant de leur souverain. On distingue entre
•autres un vieillard, ancien soldat, que l’on reconnaît
à la manière dont il salue le prince , et au médaillon
qu’il porte sur sa poitrine. Sa semme vient de recevoir
une bourse de la main du roi, et s’incline humblement
en signe de reconnaissance. Une jeune paysanne, sans
doute leur petite-fille, soutient le vieillard et l’aide à
marcher. De l’autre côté, une jeune semme , tenant par
la main ses deux enfans, les présente au roi qui ca~
loading ...