Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 54
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0090
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 54 )

resse l’un d’eux en posant doucement la main sur sa
joue. Adroite, sur le devant du tableau, est un villa-
geois accompagné de sa femme et de ses enfans • il
tient d’une main son chapeau, de l’autre une hache,
et vient déposer à terre un sagot nouvellement coupé
qu’il portait dans sa cabane.

Ce tableau , dont le ciel est brumeux, le sol couvert
de neige et de verglas , est, quoique bien colorié , moins
frappant au premier coup-d’œil que certains morceaux
médiocres dont les couleurs sont vives et tranchantes.
Mais combien celui-ci gagne à l’examen ! quel air de
bonté et de sensibilité dans les traits de Louis XVI!
quelle expression de candeur et de reconnaissance
dans ces bons villageois dont il vient soulager la mi-
sère ! quelle grâce, quelle naïveté dans ces jolis en-
sans ! Tous ces caractères sont vrais , mais sans grossiè-
reté et sans bassesse, et semblent même avoir cette
noblesse et cette élévation que donnent aux hommes
les plus simples la probité et la pureté des sentimens.

Les figures de ce tableau ont environ deux pieds
et demi de proportion; pour la manière dont il est
traité, c’est un tableau d’histoire, et si le costume, le
choix du sujet et celui des personnages secondaires le
placent au nombre des tableaux de genre, on ne peut
disconvenir que du moins il y tient le premier rang*
loading ...