Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 58
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0097
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 58 )

Flanche quarantième. — Les filles de Minée. Tableau,
de chevalet, par Mme Cliéradame.

Àlcithoë, fille de Minée, avait eu la témérité de
nier que Bacchus fût né de Jupiter; et ses sœurs.
Iris et Clymène, partageaient son impiété. Lorsque,
par l’ordre du grand-prêtre, les Thébaines ont sus-
pendu leurs travaux pour assister à la fête de Bacchus,
elles seules, rensermées dans leurs appartemens , pro-
fanent cette solennité par des occupations hors de
saison; et tandis qu’elles filent la laine ou préparent
la trame de leurs tissus. Alcithoë raconte à ses sœurs
l’histoire de Pyrame et Thysbé : c’est l’instant choisi
pour la composition du tableau. Le moment cpii suit
n’eût offert rien que de hideux au pinceau de l’artiste ;
la punition des filles de Minée, que Bacchus change
en chauve-souris.

On a remarqué que le nombre des dames qui ex-
posent leurs tableaux était moins considérable cette
année qu’aux salons précédents, et que parmi celles qui,
jusqu’à ce jour, s’y étaient présentées avec le plus
de succès, quelques-unes avaient soutenu faiblement
leur réputation; d’autres , et Mme Cliéradame est de ce
nombre, ont débuté d’une manière très-satissaisan te ( i).

Ce petit tableau paraît être un des premiers ouvrages
de l’artiste. La composition en est gracieuse, le dessin
assez correct; le coloris a de la sraîcheur, les ajuste-
mens et les accessoires sont de bon goût; l’ensemble
ne laisse à désirer qu’une touche plus ferme, un pin-
ceau plus exercé.

(i) Les bornes de ce recueil ne nous ont permis de donner le
trait crue de quelques-uns des jolis tableaux composes par des dames
artistes, mais nous les citerons à la Un du volume, dans une revue
sommaire.
loading ...