Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 72
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0117
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( )

Planche quarante-septième et quarante-huitième. — Enée
sur le mont Ida. Tableau de M. Lasond.

Le deuxième livre de l’Enéide a fourni à M. Lafond
le sujet de son tableau. Enée, voyant toute la ville
gardée par les Grecs, et le jour commençant à pa-
raître , retourne sur le mont Ida; arrivé au sommet,
il y trouve une grande quantité de Troj^ens, de tout-
âge et de tout sexe , disposés tà le suivre. Alors , Enée
reprend son père sur ses épaules, et chargé de ce
précieux sardeau , quitte Troye pour toujours; il
s’arrête un instant pour jeter un dernier regard sur
la ville qu’il aperçoit à travers la sorêt. Ànchise,
dans ce moment, paraît n’éprouver d’autre sentiment
que celui de sa confiance dans les dieux ; l’essroi se
peint dans les regards d’Ascagne.

Ce tableau, dont la composition offre des masses et
du mouvement, était, dans les premiers jours de
l’exposition, placé un peu haut'dans la salle principale
où il saisait un assez bon effet ; et sans doute ce n’est pas
sans motif que les ordonnateurs du salon , qui, presque
toujours entendent mieux les intérêts des artistes que
les artistes eux-mêmes, l’avaient placé à cette distance.
L’éloignement pouvait faire supposer une plus grande
correction de dessin que celle que l’on y a trouvée
lorsque le tableau a été rapproché de la vue du spec-
tateur , plus de finesse dans les détails, plus de moel-
leux dans le pinceau ; l’entreprise de ce morceau, d’une
très-grande dimension , a obtenu néanmoins des éloges
et des encouragemens.
loading ...