Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 77
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0124
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 77 )

cesser de tenir un rang très-distingué parmi les pro-
ductions de notre Ecole. On ne peut disconvenir
que, de tous les tableaux de l’exposition actuelle (nous
ne parlons pas ici des travaux de MM. les académi-
ciens , que leur titre exclut du concours), le S. Etienne
de M. Abel est le plus frappant par l’importance de la
composition, l’éclat du coloris et la sranchise du pin-
ceau. Aussi a-t-il reçu de la part du gouvernement
une distinction bien honorable , en partageant avec
l’auteur du Lévite d’Ephiaïm (i) , cité pour la pureté
du style, le naturel et la sorce de l’expression, le
prix accordé cette année au meilleur tableau d’his-
toire. Ce partage était naturellement indiqué par le
résultat des votes de l’Institut. MM. Abel et Couder
avaient l’un et l’autre, au même scrutin , obtenu l’una-
nimité des sufsrages dans une liste de plusieurs noms
réunis.

Le tableau de S. Etienne, dont les figures ont envi-
ron six pieds de proportion, a été commandé par
M. le préfet de la Seine, pour l’église de S. Etienne
du Mont.

(i) Voyez pt. 18, pag. 33.
loading ...