Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 82
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0132
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 82 )

Planche cinquante-troisième et cinquante-quatrième. —

Convalescence de Bayard. Tableau de Chevalet, par

M. Revoil.

La vie de Bayard , pleine d’actions vertueuses ou
héroïques , fournit depuis long-temps aux peintres de
notre Ecole nombre de sujets traités avec plus ou
moins d’habileté, mais que l’on remarque toujours
avec intérêt. Celui dont nous donnons ici la gravure
joint à la grâce de l’exécution un mérite particulier ;
l’idée en est neuve, et doit être considérée comme une
invention du peintre, quoiqu’elle lui ait été inspirée
par un trait de l’histoire du chevalier sans peur et sans
reproche.

On sait que Bajmrd, ayant été blessé dangereuse-
ment à la prise de Brescia, s’était bût transporter dans
une maison qui sut respectée durant le sac de la ville.
Son hôte lui ayant sait remettre 3000 pistoles, par re-
connaissance de ce qu’il l’avait sauvé du pillage,
Bayard donna cette somme à ses deux filles qui la lui
apportaient.

L’artiste a supposé que les deux sœurs, accompa-
gnées de leur mère, sont venues dans la chambre du
chevalier, et qu’elles tâchent de charmer, par des
distractions agréables , l’ennui de sa convalescence.
M. Revoil, qui ne manque jamais de mettre de l’esprit
et du goût dans ses compositions , a voulu réunir
dans celle-ci tout ce qui pouvait lui donner de l’attrait ;
et si cette multitude d’armes , de meubles et de riches
accessoires de toutes espèces semblent disputer aux
personnages mêmes l’allention du spectateur, et par-
loading ...