Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 91
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0149
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 91 )

Planche soixante-deuxième. — S. Vincent de Paul.

Tableau de M. Monsiau.

Un zèle éclairé , doux et constant, une humilité
profonde , une charité héroïque , telles sont les vertus
qui distinguèrent de bonne heure S. Vincent de Paul,
et le sirent marcher à grands pas dans la persection
évangélique. Il institua les Prêtres de la Mission,
connus sous le nom de Lazaristes ; établit la congré-
gation des Dames de la Charité, pour le soulagement
des pauvres malades des paroisses ; celles des Frères
de la Croix , pour l’éducation des jeunes filles. Ce fut
lui qui procura et dirigea la fondation des hôpitaux
de la Pitié, de Bicêtre, de la Salpétrière etdesLnsans-
Trouvés. Il fonda aussi l’hôpital des forçats, à Mar-
seille, celui des Pauvres Pélérins, et plusieurs autres
établissemens si dignes du respect et de la reconnais-
sance publiques.

Parmi les traits d’humanité que nous ont transmis
les historiens de S. Vincent, l’auteur du tableau dont
nous donnons ici la gravure , en a choisi un qui se
rapporte spécialement à la fondation de l’hospice
des Enjans-Trouvés, et l’a représenté sauvant des ri-
gueurs de la saison de malheureux ensans abandonnés
par leur mère. S. Vincent en tient un dans ses bras et
enveloppé dans son manteau , et se dispose à en re -
cueillir un autre un peu plus âgé, dormant et en-
gourdi par le sroid , sur la terre couverte de neige.

Le peintre, en conservant les traits connus de Vin-
cent de Paul, leur a donné beaucoup d’expression.
Ce tableau de chevalet , d’une composition très-
simple et d’un pinceau assez fini , a été remarqué du
public et vu avec intérêt.

Le même artiste a exposé deux autres tableaux. Le
premier, commandé par le ministre de l’intérieur,
représente une scène de la tragédie d’Iphigénie en
Aulide ; le second, Louis XVI donnant à M. de la
Peyrouse des instructions pour son voyage autour du
monde. Ce dernier sujet, indiqué et commandé par le
roi, est destiné à décorer la galerie de Diane, au châ-
teau des Tuileries.
loading ...