Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 94
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0154
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 94 )

Planche soixante-cinquième. — Horace au tombeau de
J irgile. Tableau de M. Gassies.

Horace et Virgile , unis par cette amitié sincère qui
devrait toujours régner entre les personnes qui cul-
tivent les lettres et ies arts , partagèrent également la
faveur d’Auguste et de Mécènes , et ces illustres
personnages ne croyaient pas sortir de leur rang eu
admettant Iesdeux poètes dans leur intimité. Ni l’un ni
l’autre n’en abusa, Virgile ne perdit rien de sa dou-
ceur et de sa modestie ; Horace, qui refusa de remplir
auprès d’Auguste un emploi très-important, se déro-
bait le plus souvent qu’il lui était possible à la cour
brillante du maître du monde, pour goûter les charmes
de la solitude dans sa maison de Tibur.

Ce fut à Brindes, en Calabre , le 22 septembre de
l’an 19 de Jésus-Christ, que Virgile, revenant de
Grèce avec Auguste, mourut âgé de 5i ans Son corps
sut porté près de Naples , et l’on mit sur son tombeau
ces vers qu’il avait saits en mourant.

Mantua me genuit, Calabri rapuere, tenet nunc
Parlhenope : cecini Pascua , Rura, Duces.

L’auteur du tableau, dont la gravure sait le sujet de
cet article , a peint Horace déposant sa lyre et sa cou-
ronne poétique au pied du tombeau de l’auteur de
l’Enéide. La cendre de Virgile reçoit en même temps
l’hommage d’une troupe de bergers, de ces bergers
dont il chanta les travaux et les plaisirs.

Les figures de ce tableau ont environ 2 pieds et
demi de proportion. On trouve beaucoup de simpli-
cité et de vérité dans l’expression et dans le coloris,
mais on désirerait plus de noblesse dans la tête d’Ho-
race , et en général un dessin plus élégant et plus
gracieux.
loading ...