Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 96
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0158
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 96 )

son art. Sans secours, sans appui, il trouva dans sa
persévérance et dans son opiniâtreté au travail le moyen
de surmonter tous les obstacles , et eut enfin des pro-
tecteurs. De ce moment il fit des progrès sensibles,
s’adonna au portrait, ety obtint des succès très-remar-
qnables. La vue des productions de l’école flamande
fit naitre en lui le désir de les imiter, et chacun de
ses nouveaux ouvrages dans ce genre semblait ajouter
à sa réputation. C’est dans la sorce de son talent que
M. Drolling a terminé sa carrière. Ceux qui l’ont
connu ne regrettent pas moins en lui l’homme de
bien que l’artiste habile. Il laisse un fils qui cultive
la peinture et promet d’augmenter, par des ou-
vrages du haut style, l’honneur de notre Ecole. Nous
avons donné l’esquisse d’un de ses tableaux, planche
20 , page 37 de ce volume.
loading ...