Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 99
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0164
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 99 )

Planche soixante-neuvième, —» Hyacinthe. Statue en
marbre par M. Bosio.

Toujours moins brillante et moins riche que la
peinture aux expositions publiques , la sculpture a
néanmoins ossert cette année quelques morceaux d’un
mérite supérieur, exécutés en marbre , et dont les
modèles en plâtre ont été vus aux Salons précédens.
Nous en avons, à diverses époques , inséré la gra-
vure dans les volumes de ce recueil. On distingue,
parmi ceux que le public a paru revoir avec plus d’in-
térêt, la statue de l’Amour (i), par feu M. Chaudet,
terminée depuis la mort de cet artiste , sous la direc-
tion de M. Cartellier; l’Ajax de M. Dupaty (2) , et la
statue d’Aristée par M. Bosio (5). Cette dernière ,
surtout, est conçue et exécutée dans ce style vigou-
reux , large et correct qui distingue les ouvrages des
anciens. Placée dans une galerie de sculptures grec-
ques ou romaines , elle n’y ferait aucune disparate , et
bien des gens peut-être y seraient trompés, sans qu’on
pût les accuser de manquer de connaissances ou dégoût.
La fraîcheur de la matière pourrait même ne pas
les préserver de l’erreur, car le statuaire en a enduit
la surface d’une teinte jaunâtre qui met le marbre en
harmonie avec ceux que le temps a altérés. Sous tous

(1) Annales du Muse'e, tom. 4, pi-6, pag. 19.

(2) Salon de 1812 , tom. j, pl. 28, pag. 43.

(3) Saloadc 1812, tom. 1 , pl. 40, pag. 58.
loading ...