Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 101
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0167
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( ICI )

Planche soixante-dixième, soixante-onzième, soixante-
douzième.— L'Entrée d’Henri IV dans Paris. Tableau
de M. Gérard.

Le peintre avait à représenter l’une des époques
les plus mémorables de notre histoire; celle où le
meilleur et le plus valeureux des princes vint se con-
fier à l’amour et à la sidélité de son peuple. Ce sut le
22 mars i5q4 que Henri IV sit son entrée dans Paris.
Il fut reçu à la Porte-Neuve par le comte de Brissac ,
gouverneur de la ville. A la tête d’une partie de son
armée, etprécédé de son avant-garde, il entra et conti-
nua sa marche aux acclamations d’un peuple immense.

M. Gérard n’est point resté au-dessous d’un si beau
programme. Les groupes nombreux qu’il a réunis indi-
quent les diverses afsections dont furent pénétrés tant de
sujets sidèles. Il n’y a aucun des personnages de cette
vaste composition dont le caractère particulier ne con-
courre à cette expression générale , qui toujours fut
le principal but des artistes du premier rang. Henri
paraît au centre du tableau. Son attitude, sa physio-
nomie rappellent les idées de magnanimité , de géné-
rosité, de noble consiance.

A la droite du Roi , Brissac , qui ne l’a pas quitté
depuis son entrée , appelle l’attention du prince
sur le groupe d’ossiciers municipaux qui viennent lui
rendre hommage et lui remettre les cless de la ville.
Ils sont conduits par le prévôt des marchands , le
courageux Luillier , qui prépara le triomphe paisible
de Henri.
loading ...