Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 106
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0172
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( )

d’un efset un peu dur, d’un dessin lourd; et l’artiste,
en cherchant à mettre de l’idéal dans sa composition
et dans ses carnations, s’est trop écarté de la nature
pour attacher ou émouvoir. M. Berthon a peint pré-
cédemment quelques sujets doux et gracieux qui lui
ont mieux réussi.

Par M. Bouchet, un Christ et la Madeleine au pied
de la croix. Une imitation de la nature assez vraie
dans les détails , une composition nue, de la froideur
dans le pinceau et dans l’expression.

Par M. de Boisfremont, Vénus déposant Ascagne
endormi dans les bosquets du mont Ida. L’auteur
s’était déjà fait connaître par quelques ouvrages d’un
style vrai et sainement étudiés. Nous regrettons qu’il
ait abandonné la bonne route, pour se jeter dans le
vague et dans le saux. Si quelque chose peut ex-
cuser l’erreur dans laquelle est tombé M. de Bois-
fremont, c’est que le tableau dont il s’agit, ayant été
commandé par M. de Sommariva, et étant destiné,
selon toute apparence, à servir de pendant à ['Enlève-
ment de Psyché, de M. Prud’hon, l’artiste se sera cru
dans l’obligation de chercher le style de celui-ci;
style rempli de grâce sous les pinceaux de M. Pru-
d’hon, mais tout idéal, et ne devant jamais produire
que des imitations désectueuses.

Dermide, sujet tiré des poésies d’Ossian, par
M. Dreux-Dorcy. De bonnes intentions, mais de la
lourdeur dans le dessin, dans l’efFet et dans Je coloris.

Par M. Dubost, le Joueur dépouillé, scène tirée de
l’histoire grecque; Vénus et Diane. Ce dernier tableau
loading ...