Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 109
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0175
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C >09 )

exciter tout-à-la-sois l’intérêt et la curiosité. Ce mor-
ceau rappelle sous quelques rapports les ouvrages aux-
quels madame Lebrun doit sa célébrité, et n’a été placé
que dans les derniers jours de l’exposition.

Tableaux de chevalet représentant des sujets histo-
riques.

Le Sacrifice de Noë à sa sortie de l’arche , par
M. Aubert. Le dessin, les caractères, les draperies et
le goût d’exécution de ce tableau offrent, sinon des
réminiscences, du moins l’aspect de quelque mor-
ceau de l’école de Lesueur ou de Lebrun. A désaut
de l’originalité du style, on y trouve la sagesse de la
composition et la simplicité de l’effet pittoresque.

Les Adieux d’Andromaque , par mademoiselle Bé-
sort. De la douceur dans l’expression, un pinceau
moelleux et soigné.

Une jeune Israélite à La sontaine, demi-figure, par
mademoiselle Brucy. Le début de cette jeune artiste
est d’un heureux augure. Son dessin est gracieux, son
coloris a de la fraîcheur. Mademoiselle Brucy a ex-
posé quelques autres morceaux d’étude, un Trouba-
dour, un Soldat grec en repos, une des heures du
malin au printemps.

Par mademoiselle Caron , Mathilde surprise dans
les jardins de;Damiette par Maleck-Adhel. Ce sujet,
tiré du roman de madame Cotin, est bien composé et
peint avec goût.

Mademoiselle Chardon a exposé pour la première
loading ...