Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — 1817

Seite: 110
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1817/0176
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( MO )

{ois. Le tableau de cette jeune artiste, qui annonce
d’heureuses dispositions, représente Louis XIV au lit
de mort, promettant à Jacques II de reconnaître son
sils Edouard pour roi d’Angleterre.

Par madame Auzou, Novès et Alix de Provence,
Boucicault et mademoiselle Bésort, sujets tirés de
romans, et dont l’exécution a paru moins heureuse
que quelques autres de la même main, offerts aux
salons précédens.

Michel-Ange, par M. Bergeret. Ce sameux artiste
étant devenu aveugle, se faisait conduire devant le
Torse antique pour se rappeler, en le touchant, les
belles sormes qu’il avait tant admirées. Petit tableau
bien composé, mais d’un ton un peu trop roux et d’un
pinceau sec.

Charles VII et Agnès Sorel, par M. Bitter. Ce joli
tableau , l’un des plus agréables de l’exposition , a été
remarqué pour la richesse de l’ordonnance , l’élégance
des costumes, la finesse de la touche. Il réunit un
très-grand nombre de personnages dont les caractères
sont variés et exprimés et avec grâce.

Par M. Délavai; Saint Louis prend la croix contre
les infidèles. Tableau commandé pour la chapelle de
la marine à Brest. Par le même, un portrait en pied
de M. le marquis de Laroche-Jacquelein. Ce portrait
a vivement excité l’attention du public pendant la
durée de l’exposition.

Deux tableaux assez bien composés , par M. Drouil-
lère. L’un représente Joseph expliquant les songes
loading ...