Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1819

Seite: 22
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_1/0036
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche 10.ü— Vénus recevant des mains de Vulcain
les armes qu'il a forgées pour Ente ; tableau de
M. Couder.

[ Hauteur, 11 pieds 8 pouces ; largeur, 16 piecls 4 pouces. ]

Ce morceau vient d’ëtre exécuté à la coupole de la
salle ronde qui précédé la galerie d’Apollon au Louvre.
En faisant concourir les peintres de notre école à la
décoration des maisons royales et des monumens publics,
le Gouvernement donne un haut témoignage de son
goût et de sa munisicence. C’est savoriser tout-à-la-fois
le progrès de l’art et l’émulation des artistes. Néanmoins
les essais qu’ont faits toutrécemment quelques-uns d’entre
eux, dans un genre de peinture où l’expérience ne les
avait point encore guidés, n’ont pas paru généralement
heureux. On peut affirmer que ceux qui se destineraient
à de semblables travaux, n’ont pas de temps à perdre
pour acquérir cette pratique savante et ce grand style qui
ne leur sont pas encore familiers; mais en meme temps,
que celui qui ne se sentirait pas le courage de for-
tifier son talent par de longues et pénibles études, ferait
bien de renoncer à des entreprises où la gloire est in-
certaine. L’auteur du tableau dont nous donnons ici le
trait, a su se distinguer par des ouvrages d’un autre
ordre, d’un ordre même plus relevé; son partage est
encore assez beau.

Le lecteur trouvera, dans l’article suivant, quelques
observations sur la peinture dont il est question dans
celui-ci : les deux tableaux sont de la même main et
placés en regard
loading ...