Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1819

Seite: 24
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_1/0040
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche 12.c—Achille près d’être englouti par le Xanthê
et le Simoïs ; tableau de M. Couder.

[Hauteur, 11 pieds 8 pouces; largeur, 21 pieds 4 pouces.]

Des trois sujets que M. Couder a composes pour la
même destination , ce dernier est ïe plus considérable, et
cependant celui qui laisse le plus à desirer. ïl reunit sous
plusieurs rapports le mérité du dessin et celui de l’expres-
sion ; mais la pose de l’Achille paraît forcée : le mouve-
ment des cuisses et des jambes, vues en raccourci ,
les unes en avant, les autres en arrière , rapetisse la
sigure, et forme un angle peu gracieux; le bras droit
est trop élevé au-dessus de la tête, dont le prosil pourrait
être plus anime. L’un des deux sseuves, celui qui est vu
de face, est d’un grand caractère, aussi bien peint que
bien dessine, mais d’un ton de couleur un peu gris;
l’autre, beaucoup trop fort, est d’une nuance cuivrée,
qui n’est en harmonie avec aucune partie du tableau.

Cette critique d’un ouvrage dont l’auteur a obtenu pré-
cédemment une réputation si brillante et si bien méritée,
paraîtra peut-être un peu sèche et un peu sévère. Elle
prouve du moins notre impartialité; car nous avons loué
bien franchement, et même avec cette chaleur que nous
nous permettons rarement dans nos observations, les
deux tableaux que M. Couder a exposés au dernier
salon (1). Nous aurons occasion de lui ossrir, dans ce
même volume, un nouveau tribut d’éloges.

(1) Salon de 1817; le Lévite d’Ephraïm , pi. 18, pag. 33 ; la
Mort de Masaccio, pi. 38 , pag. 56.
loading ...