Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1819

Seite: 27
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_1/0045
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
nuances variées et moins obscures , il s’est prive d’une
grande ressource. Cette figure, placée au centre du ta-
bleau , n’attire pas assez l’œil ; il faut la chercher.

Quel motif amène cette multitude de gens du peuple
qui sortent en foule de la ville et fondent du haut des
remparts sur le lieu de la scène ? Est-ce pour accorn-
pagnerle convoi ? ils en sont trop éloignés. Accourent-ils
au bruit du miracle, ou pour en être témoins 1 mais à
peine vient-il de s’opérer , et il n’avait été ni annoncé
ni prévu. Il est donc probable que l’artiste, en multi-
pliant les objets , a cru remplir plus heureusement son
cadre et agrandir sa composition : un petit nombre de
ligures disséminées et placées dans diverses directions
sur les plans éloignés eût produit un meilleur effet.

Ces trois figures académiques qui occupent le coin
du tableau, adroite, ne brillent ni par la beauté des
contours ni par l’étude des nus, et les formes en sont
rondes et soufflées. Enfin cette teinte trop égale d’une
ombre vigoureuse qui paraît servir de fond à tous les
objets, et règne unisormément depuis le sommet des
tours qu’on aperçoit dans le lointain jusqu’aux devants
du tableau, nuit à la dégradation des plans, et tient à
un système d’harmonie que n’adopteront pas les colo-
ristes.

Ce tableau, comme tous ceux qui sont destinés aux
églises de Paris, a été commandé par M. le Préfet de la
Seine. Il doit être placé à Notre-Dame, dans une des
chapelles qui sont au pourtour du chœur.
loading ...