Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1819

Seite: 31
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_1/0050
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Celui que nous allons indiquer, tient le premier rang
dans une riche collection formée, depuis peu d’années
à Paris, par M. Je baron Massias, ancien résident de
France à Carlsrulie. Comme cette galerie n’a jamais été
publique, Je tableau en question n’est connu que d’un
petit nombre d’amateurs ; mais nous l’avons fait graver
en 1815 dans un supplément de nos Annales.

II représente Ja Vierge assise, tenant sur ses genoux
l’Enfant Jésus (1). Ce morceau unique, portant Ja signa-
ture ou Je monogramme d'Albert Durer, n’aurait jamais
pu , sans un témoignage authentique, être attribue" à ce
maître, tant il est supérieur à tout ce qu’on connaît de
lui. Rapliaël, dans sa seconde manière, n’a rien créé" de
pîus pur ni de plus gracieux ; Leonard de Vinci, de plus
lin pour l’expression , de plus vigoureux pour le coloris.
Les draperies mêmes sont d’un bon style, et ne se res-
sentent nullement de celui qui caractérise ordinairement
Albert Durer. Si ce peintre est réellement l’auteur de ce
chef-d’œuvre, digne de faire honneur à l’un et à l’autre
des deux maîtres que nous venons de nommer, quoique
cependant on ne puisse l’attribuer à aucun d’eux, il faut
qu’il Fait peint dans le seul voyage qu’il fit en Italie, ou
depuis son retour.

Nous apprenons, avec regret, que M. le baron Mas-
sias vient de céder sa galerie, et que probablement elle
passera à l’étranger.

(1) Galerie de M. Massias, un volume, pl. 26, pag. 57.
loading ...