Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1819

Seite: 48
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_1/0078
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 4$ )

Planche 28.c —Hazaël rend Télémaque ; tableau de
M. Bouchet.

[Hauteur,9 pieds 1/2; largeur, 7 pieds 1/2.]

Le vice dominant de l’école actuelle, saus quelques
exceptions , est l’affectation de nouvelles combinaisons
de clair-obscur, effets parasites, auxquels sont sacrifies
sans raison l’expression du sujet, le dessin et le style de
îa composition. Sous ce rapport, le goût rétrogradé visi-
blement; et s’il ne survient bientôt quelque grand artiste
dont l’exemple ait quelque ascendant sur cette multitude
d’écoliers qui, n’ayant encore rien appris, se croient
devenus tout-à-coup des hommes habiles, et ne craignent
pas de se mesurer en public avec leurs maîtres, on verra
se multiplier, aux prochains salons, les productions à
peine ébauchées, monstrueuses ou ridicules.

Le tableau dont nous donnons ici l’esquisse, ne doit
pas être mis au nombre de ces prétendus morceaux à
effet, où l’accessoire est devenu le principal, où le prin-
cipal est traité comme l’accessoire ; on dira plutôt que
M. Bouchet a trop dédaigné l’artifice, et que tous les
objets y sont trop également, trop uniformément éclairés.
Cependant le dessin de ses figures n’est pas dépourvu
de correction ; les draperies sont bien ajustées, les carac-
tères sagement exprimés, et le coloris est assez vrai :
mais le manque de chaleur et de vivacité se fait sentir dans
toutes les parties de l’exécution. Ce tableau ne présente
ni de grands défauts ni des beautés remarquables.

Commandé par son Exc. le Ministre de l’intérieur.
loading ...