Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1819

Seite: 57
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_1/0092
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
{ 57 )

Planche 32.c — Mars, attiré par l’Amour, surprend

Rhéa-Sylvia endormie ; tableau de M. Guillemot.

[ Hauteur, 7 pieds 7 pouces; largeur, 7 pieds 5 pouces. ]

Rhéa-Sylvia, fille de Numitor, fut renfermée avec les
Vestales par Amulius, son oncle, qui avait détrôné ce
prince, et ne voulait point avoir de concurrent à la
royauté. Mais un jour, allant puiser de l’eau dans le
Tibre, dont un bras passait alors à travers le jardin des
Vestales, elle s’endormit sur le bord et vit en songe le
dieu Mars : elle devint mère de Remus et de Romulus.

Si l’auteur de ce tableau n’avait pas orne son sujet de
toutes les richesses de l’allégorie, s’il n’avait pas suppose
que l’Amour, qui vient d’attirer Mars auprès de Rhèa-
Sylvia, a Iui-méme soulevé la draperie qui voilait les
charmes de cette jeune princesse, on ne reconnaîtrait
pas, dans cette attitude, une vierge consacrée au culte de
Vesta. Au surplus, l’artiste a pour autorité une peinture
antique, tirée des Bains de Titus (1), et dont la compo-
sition a quelques rapports avec celle du tableau de
M. Guillemot; il ne manque à ce dernier qu’une expres-
sion plus vive et plus piquante. Mars a plutôt la physio-
nomie étonnée et un peu trop naïve d’un jeune pâtre,
eue celle du terrible dieu de la guerre.

Le tableau a été commandé par le ministère de la
maison du Roi.

(1) Voyez tome I.er, pi. 9. du Recueil de peintures antiques,
suivi du Dictionnaire des peintres de l’antiquité', publie en
3 vol, in-/f.°, par C. P. Landon.

1. Salon de 1819.

8
loading ...