Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1819

Seite: 58
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_1/0093
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 58 )

Planche 33.e-—Dernière Communion de S. Louis;
tableau de M. Gassies.

[ Hauteur, 13 pieds ; largeur, 10 pieds 8 pouces. ]

Les derniers raomens de S. Louis ont inspire" plusieurs
peintres de î’e"cole actuelle, et leurs tableaux ont été expo-
ses au salon de 1817. Nous avons sait graver, dans le
temps, ceux qui ont paru obtenir le plus grand nombre
de suffrages.

Le principal mérité du tableau de M. Gassies est d’étre
fortement colorie; de présenter un parti de clair-obscur
soutenu par cette fierte de ton sans laquelle les grandes
compositions manquent de ressort. Mais nous reproche-
rons à M. Gassies, comme nous l’avons fait à quelques
autres jeunes artistes, d’avoir entrepris une tâche con-
sidérable, avant de s’étre fortisie" dans la science la plus
indispensable au peintre d’histoire, le dessin. Le dessin
seul donne la justesse des mouvemens et des proportions ,
la pureté" des formes, la noblesse des caractères, I’e"nergie
ou la sinesse de l’expression, et ces qualités se font peu
sentir dans le morceau dont il s’agit. Cependant, si Fau-
teur veut revenir sur ses pas, reprendre avec ardeur des
e"tudes qu’il paraît avoir négligées, nous ne doutons pas
que dans la suite il n’obtienne un rang très - distingue"
parmi les peintres de notre école.
loading ...