Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1819

Seite: 70
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_1/0112
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( ~0 )

Planche 4 l.c—-S. Fiacre refusant la couronne ; tableau
de M. Dejuinne.

[Hauteur, 17 pieds; largeur, 11 pieds 6 pouces.]

S. Fiacre, fils d’Eugène IV, roi d’Ecosse vers le mi-
lieu du vil.e siècle, s’ètant dérobe de ia cour à l’insu de
son père, se rendit en France près de S. Faron, évêque
de Meaux, qui lui donna un lieu solitaire où il bâtit un
hôpital. II y recevait les passans et les étrangers, et il y
vécut en travaillant à la terre et en cultivant les sseurs.
Son père étant mort, les dissérons ordres du royaume
envoyèrent des députés auprès de lui pour le prier de
prendre les rênes du gouvernement. Le prince leur ré-
pondit qu’il préférait sa retraite à tous les royaumes de
l’univers , et qu’ils n’avaient qu’à se choisir un autre
maître.

Ce morceau est sagement composé , d’un effet simple,
large, vigoureux, exempt sur-tout de cet esprit de sys-
tème et de prétention au faux éclat, qui tend, de jour
en jour, à corrompre l’école actuelle; c’est un des bons
tableaux commandés pour les églises, et le meilleur que
nous connaissions d’un jeune artiste qui jusqu’à présent
avait porté même dans les sujets graves une certaine
suavité de style et de goût qui n’y est pas toujours con-
venablement placée, ou qui, du moins, en affaiblit l’ex-
pression et le caractère. On ne saurait trop engager
M. Dejuinne à suivre la route qu’il paraît maintenant
adopter; elle le conduira plus sûrement au but que doit
se proposer un jeune artiste jaloux d’obtenir des succès
durables.
loading ...