Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1819

Seite: 71
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_1/0114
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Nous ne pre'tendons pas que le tableau dont il est
question soit à l’abri de la critique. Les figures sont un
peu lourdes de dessin et d’ajustement; leurs traits ne sont
point assez varies; les carnations manquent de finesse et
tombent dans le rouge. Cette large pierre sur laquelle
sont poses les deux religieux, n’est sans doute là que
pour les exhausser et donner du mouvement aux lignes
de la composition : mais cette pierre est trop elevee pour
le seuil d’une cellule; et l’on croirait, au premier aspect,,
que l’humble heritier du trône d’Ecosse y est monte
pour recevoir la députation des grands du royaume, qui
viennent lui osfrir une couronne à laquelle il avait déjà
renonce volontairement. Quoi qu’il en soit de cette ob-
servation , et de quelques autres que nous omettons, parce
qu’elles ne portent que sur les details , nous ne doutons
pas que ce tableau, qui fait honneur à l’artiste, ne lui fasse
obtenir de nouveaux encouragemens. Il a ete" commande"
par M. le Prefet de la Seine pour l’eglise de Saint-
Suïpice.
loading ...